Tout voir tout blanc ou tout noir, ou quand l’auto-exigence fait (trop) manger. 

Pendant de nombreuses années, j’ai vu tout (dans tous les domaines de ma vie) en tout blanc ou tout noir.

Je devais faire beaucoup d’efforts pour atteindre la perfection requise par mon auto-exigence. L’échec m’était insupportable, inimaginable.

⬜ Je travaillais beaucoup, j’organisais parfaitement la vie de mes enfants, je contrôlais mon alimentation par des régimes à répétition … bref, je voulais être une professionnelle parfaite, une mère parfaite, une épouse parfaite.
⬛ Et puis, les choses ont commencé à se fissurer … le burn-out a pointé son nez, mes enfants sont devenus ados et j’ai commencé à faire de l’hyperphagie alimentaire (vous savez, quand on mange sans pouvoir s’arrêter de manger !).
J’ai mis du temps à faire mon auto-diagnostic – plusieurs années même, avant de comprendre que mon auto-exigence me rendait malade. Ce maudit schéma du « tout blanc ou tout noir » me propulsait dans l’échec permanent, avec une culpabilité infinie (et me faisait manger énormément).
🎯 Vous voulez savoir comment je m’en suis sortie ?
Je me suis demandée si j’avais besoin de me faire autant de mal pour être la femme parfaite (que je ne serais jamais !).
Et si j’étais juste moi-même avec mes failles, mes gaffes et mes incertitudes ? Et si j’économisais mon énergie pour la mettre au service d’autres choses ?
C’est là que je me suis transformée en femme suffisamment parfaite.
La société dans laquelle nous vivons exige le surpassement de soi à chaque instant. Est-ce raisonnable ? Est-ce réalisable ?
Kristin Neff, dans son livre S’Aimer nous interroge : « Réfléchissez à la difficulté d’être un humain imparfait dans notre société hautement compétitive » .
N’est-il pas temps de SE PENSER autrement, afin de ne pas tomber dans les pièges de l’auto-exigence?

Voici trois étapes indispensables pour s’accepter suffisamment parfait (ou imparfaitement parfait) :


Se détacher de nos croyances d’exigence et de perfection enracinées depuis l’enfance via la culture familiale, l’école, notre cadre social ;

⭐ Vivre dans l’instant présent, en prenant conscience qu’à chaque instant nous donnons le meilleur de nous-même ;

⭐ Activer l’auto-bienveillance envers soi-même, et prendre de la distance avec sa petit voix intérieure qui nous maltraite.


Ça vous parle ? Alors, q
uand vous serez prêt.e à travailler sur votre auto-exigence alimentaire qui vous fait trop manger, contactez-moi pour un rdv découverte en cliquant ici.