Le paradoxe du « Manger Sain » …. quand « Manger Sain » fait encore plus manger.

« J’essaye de manger sain« , je crois que c’est la phrase que j’entends le plus dans mes journées.

Aujourd’hui, tout nous pousse à faire le plus d’efforts pour manger sain, afin de rester en bonne santé, d’équilibrer sa silhouette, ou de s’éloigner le plus possible des produits transformés ou bourrés de pesticides. (Je dis « nous », car je pense avoir été dans ce cas pendant plus de 20 ans…)

Tout me monde essaye de manger sain, pourtant peu d’entre nous y arrivent, non ?

Je tente de vous expliquer pourquoi :

  1. Penser à « manger sain » permet au cerveau à classifier les aliments en deux groupes : les bons & les mauvais, les autorisés & les interdits, les sains & les malsains.
  2. En ne mangeant que des aliments « sains », le cerveau va faire une fixation sur les aliments de l’autre catégorie, puisqu’on ne peut pas y avoir accès (c’est la fameuse expérience des M&Ms où l’on demande aux participants de manger tous les bonbons qu’ils veulent sauf les rouges – et au final ce sont les rouges sont les plus consommés).
  3. La fixation consciente ou inconsciente sur les aliments « non-sains » entrainera tôt ou tard un écart, une entaille au protocole, un craquage, une compulsion – bref un épisode de perte de contrôle.
  4. Une fois l’épisode passé, le mental reprend son contrôle en créant des pensées terribles sur la personne que nous sommes : aucune volonté, nulle, faible, pas fiable, bref, nous sommes devenus une « mauvaise » personne – tout comme la catégorisation des aliments ! .
  5. Toutes ces ruminations vont créer une culpabilité terrible. Et alors, comment apaiser cette culpabilité ? Généralement pas en allant chercher des haricots verts (!), mais plutôt dans la catégorie des aliments interdits, sucrés, salés ou gras – des aliments réconfortants en somme.

Résultat : Le cercle vicieux continue sans s’arrêter en alternant les épisodes de contrôle et de perte de contrôle. Vous imaginez où nous en sommes rendus sur la bonne santé, l’équilibrage de la silhouette et les pesticides du début (ah ah ).

Vous comprenez maintenant pourquoi je suis terriblement en colère contre le concept du « Manger sain » ?

Avec mes clients, la thématique du manger sain est l’un des sujets que nous abordons en priorité grâce aux axes suivants :

  • Arrêter de classifier les aliments en bons et mauvais. C’est le principe n°4 de l’alimentation intuitive :􏲀􏰞 « criez un non catégorique aux pensées qui vous disent que vous êtes une bonne personne parce que vous avez mangé des aliments sains ou une mauvaise personne si vous avez mangé du gâteau au chocolat. »
  • Se donner l’autorisation inconditionnelle de manger.
  • Manger en Pleine Conscience, avec tous nos sens, en respectant ses sensations alimentaires, sur l’instant présent et dans le plaisir. 

 

Ça vous parle ? Alors, quand vous serez prêt.e à travailler sur votre gendarme alimentaire qui vous fait culpabiliser, contactez-moi pour un rdv découverte en cliquant ici.